Gene Tierney, pour oublier ‘Laura’

Le 20 décembre 2010, je vous proposais un article sur le film Leave her to heaven (Péché mortel) avec l’actrice Gene Tierney. J’ai, depuis, lu sa touchante autobiographie Mademoiselle, vous devriez faire du cinéma (Self-Portrait – 1979). Carmadou avait d’ailleurs laissé un commentaire intéressant, donnant un extrait du livre de Tierney (concernant sa prestation dans le film de John Stahl).

Après la belle introduction de Marie-France Pisier, on plonge d’emblée dans une lecture cinématographique évoquant les blessures de cette actrice aux yeux de chat. Car elle ne fut que l’ombre de ses plus grands rôles de vamp et de femme fatale, fragile et désorientée psychologiquement tout au long de sa vie (1920-1991).

A 58 ans, Gene Tierney refuse de voir sa vie comme un film hollywoodien : ‘Si ce que m’ont enseigné ces expériences peut se résumer en une phrase, ce serait celle-ci : la vie n’est pas un film. Mais cette remarque ne se veut ni triste ni nostalgique. Je peux seulement me poser cette question : si ma vie avait été réellement un film, se serait-il trouvé un réalisateur pour confier ce rôle-là à Gene Tierney ?’
Cette citation finale révèle bien la schize qui a toujours fait de G. Tierney une femme à deux visages. Dans son autobiographie, elle évoque son désir de devenir actrice après que le réalisateur Anatole Litvak lui ait lancé cette fameuse phrase ‘Mademoiselle, vous devriez faire du cinéma’. Gene a alors 18 ans et visite avec sa famille les studios de la Warner Brothers.
Après une courte carrière à Broadway pour apprendre le métier de comédienne, la voici propulsée parmi les Fox Girls de l’âge d’or des studios américains. Le Retour de Frank James de Fritz Lang (1940), Le ciel peut attendre d’Ernst Lubitsch (1943), Laura (1944), Le Mystérieux Dr Korvo (1949) et Mark Dixon détective (1950) d’Otto Preminger, Leave her to heaven (1945) de John Stahl, Le Château du dragon (1946) et L’Aventure de Mrs Muir (1947) de J.L. Mankiewicz… Gene Tierney aura joué sous l’oeil des caméras des plus grands réalisateurs et avec pour partenaires, de célèbres acteurs hollywoodiens : Spencer Tracy, Clark Gable, Rex Harrison, Vincent Price, Dana Andrews…

Dans sa vie sentimentale, Gene était aussi enveloppée de paillettes : Howard Hugues (aviateur, homme d’affaires et producteur) ; Oleg Cassini (son premier époux, styliste pour les studios) ; John Kennedy (futur président des Etats-Unis) ; Ali Khan (Prince Play-Boy pakistanais)… Finalement, elle finira ses jours comme épouse d’un Texan, Howard Lee, à qui elle dédie son autobiographie.

Pourquoi sa carrière fut-elle un véritable feu follet ? Le 15 octobre 1943, G. Tierney donne naissance à sa première fille, Daria. Handicapée. Elle dut la placer dans une institution dès ses 4 ans. L’actrice tombe alors dans une profonde dépression qui nécessite plus de dix ans de soins, trois séjours dans des hôpitaux psychiatriques, une douzaine de médecins et trente-deux électrochocs pour soigner ses névroses.
On est bien loin de la magie d’Hollywood…
Gene Tierney prouve ici à quelle point elle fut une grande actrice, en ayant su interpréter des rôles comme celui de Laura, si éloigné de sa propre nature de femme timide, fragile et perturbée.

Mademoiselle, vous devriez faire du cinéma, Gene Tierney, Ramsay poche cinéma, 2006, 308 p.

6 réflexions sur “Gene Tierney, pour oublier ‘Laura’

  1. Je n’ai pas lu l’autobiographie,j’avais trouvé cet extrait dans un livre de Patrick Brion sur les films noirs. C’est pas bien j’avais pas vraiment cité ma source
    Pas de doute Gene Tierney est une grande dame du cinéma et ses mémoires méritent assurément d’être lues!

  2. Il y a une film avec Gene Tierney que j’aime beaucoup, et que tu cites dans ton article, c’est « The Ghost and Mrs Muir » (avec George Sanders et Rex Harisson). J’ai certainement dû en voir d’autres, seulement c’est à celui-ci que je songe en premier lorsque le nom de Gene Tierney est évoqué. La personne qui me l’avait vivement recommandé (une fille qui bosse à Arte) avait raison… c’est un très beau film !😉

    • Oui, Liten Blomma, The Ghost & Mrs Muir est un film magnifique ! J’aimerais beaucoup le revoir. Apparemment, au début du tournage, Gene Tierney était en fauteuil (une mauvaise chute je crois). Elle redoutait d’être trop figée à l’écran, et fut agréablement surprise par le résultat.

  3. Merveilleuse Gene Tierney! J’ai lu son livre il y a un bon moment : il ne faisait pas bon être dépressif dans ces années-là (les électrochocs, la lobotomie, brrr). Pour moi mes deux préférés demeurent Mrs Muir bien sûr (avec la petite Nathalie Wood qui joue sa fille), et surtout Le ciel peut attendre (Heaven can wait) de l’immense Lubitsch, un bijou de drôlerie et d’intelligence. Dans un billet que j’ai écrit sur Dorothy Parker (autre femme de l’époque incroyable) je mentionne la belle Gene car elle passa son premier bout d’essai en studio avec un texte de cette écrivain.

    • Je n’ai vu qu’une seule fois Heaven can wait, mais j’en ai encore un superbe souvenir ! Merci pour ton commentaire mademoiselledupetitbois !🙂

  4. Pingback: Péché mortel / Leave her to heaven, John M. Stahl (1945) « le chat masqué

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s