A Tribute to Henry Fonda, Institut Lumière de Lyon (22 mai-15 juillet 2012)

Après son cycle Cinéma de Russie, l’Institut Lumière de Lyon a choisi de rendre hommage à l’une des légendes du cinéma hollywoodien, Henry Fonda (1905-1982). Par la projection d’une vingtaine de films des plus grands réalisateurs (Alfred Hitchcock, Joseph L. Mankiewicz, Henri Verneuil, John Ford, Otto Preminger, Sidney Lumet, Sergio Leone…), l’Institut célèbre, trente ans après sa mort, cette figure bien connue de l’archétype du « héros américain ».

Programmation :

Soirée d’ouverture, présentée par Fabrice Calzettoni
Le Faux coupable, Alfred Hitchcock (1956)
Le Serpent, Henri Verneuil (1973)
Le Reptile, Joseph L. Mankiewicz (1970)
Mon Nom est Personne, Tonino Valerii / Sergio Leone (1973)
Miss Manton est folle, Leigh Jason (1938)
Les Raisins de la colère, John Ford (1940)
Femme ou maîtresse, Otto Preminger (1947)
La Maison du lac, Mark Rydell (1981)
La Poursuite infernale, John Ford (1946)
Il était une fois dans l’Ouest, Sergio Leone (1968)
Le Brigand bien-aimé, Henry King (1939)
L’Étrange incident, William A. Wellman (1943)
Sur la piste des Mohawks, John Ford (1939)
Douze hommes en colère, Sidney Lumet (1957)
Tempête à Washington, Otto Preminger (1962)
L’Étrangleur de Boston, Richard Fleischer (1968)
L’Homme aux colts d’or, Edward Dmytryk (1959)
Un cœur pris au piège, Preston Sturges (1941)
Le Jour le plus long, Ken Annakin, Andrew Marton, Bernhard Wicki,
Gerd Oswald, Darryl F. Zanuck (1962)

> Cliquez ici pour découvrir les détails de la programmation (jours, horaires)

6 réflexions sur “A Tribute to Henry Fonda, Institut Lumière de Lyon (22 mai-15 juillet 2012)

  1. Ce que je regrette de ne plus habiter à Lyon ! Bon, en même temps, j’ai de quoi faire à Paris, mais j’adore la salle de l’Institut Lumière, qui me manque beaucoup.

  2. Quelle filmographie ! Il convient de ne pas rater la poursuite impitoyable de John ford, mais il est dommage que ne soit pas diffusé « Young M Lincoln » (« Vers sa destinée ») un chef d’œuvre de Ford trop souvent oublié pourtant Bertrand Tavernier est un fan absolu de ce film .
    A notre avis, on peu éviter Henri Verneuil, « l’étrangleur de Boston » de Richard Fleischer a mal vieilli, le Edward Dmytryck bof bof, le jour le plus long est vraiment long …..
    Il manque aussi une comédie plutôt savoureuse Sex and the single girl (« Une vierge sur canapé ») de Richard Quine…

    Vous avez bien de la chance à Lyon !

    • Oui, beaucoup de chance, encore faut-il trouver le temps d’en profiter ! Mais je ne suis pas tout à fait d’accord avec vous à propos de l’Etrangleur de Boston, j’ai le souvenir d’un film étonnant et assez fort (je l’ai vu il n’y a pas si longtemps).

  3. Nous aussi nous l’avons vu tout récemment l’étrangleur, nous nous sommes vraiment ennuyés, nous l’avons trouvé plutôt convenu … De Richard Fleischer nous avons préféré dans un genre totalement différent « le voyage intérieur » qui fut une vraie surprise, du coup un film vraiment étonnant😉

    Bon dimanche

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s