Un jour, j’achetai une momie… Emile Guimet et l’Egypte antique, au Musée des Beaux-Arts de Lyon

Parallèlement à l’exposition consacrée aux Années Expressives du peintre lyonnais Jean Martin (1911-1996), le Musée des Beaux-Arts de Lyon propose sa nouvelle exposition temporaire au titre original « Un jour, j’achetai une momie… », consacrée à l’une des grandes passions d’Émile Guimet (1836-1918), l’Égypte antique. Justement, de Guimet nous connaissons surtout son musée des Arts Asiatiques à Paris (place Iéna). Pour cette exposition tant attendue, Geneviève Galliano, conservateur en chef du département des antiquités du musée, a souhaité dévoiler une facette moins connue de l’industriel lyonnais, grand collectionneur d’objets d’art à partir des années 1860 lorsqu’il choisit une destination à la mode : l’Égypte. Cette période signe alors le début de sa passion pour l’égyptologie, l’archéologie, la philosophie et l’étude des religions orientales par le biais de lectures : Champollion, Chabas, de Rougé. A la fin des années 70, il choisit de faire le tour du monde, accompagné du peintre Félix Régamey (1844-1907). Émile Guimet continue d’acheter de nombreuses œuvres d’art oriental jusqu’à l’ouverture de son premier musée à Lyon en 1879, puis de son fameux musée à Paris en 1888. Aujourd’hui, les œuvres du musée de Lyon (fermé en 2007) sont en cours de transfert au futur musée des Confluences à Lyon qui ouvrira ses portes en février 2014.

L’exposition « Un jour, j’achetai une momie… » réunit principalement des pièces égyptiennes acquises par Émile Guimet : stèles, amulettes et figurines funéraires, statues, papyrus, sarcophages et momies… Plus de 350 objets dont ceux découverts dans la nécropole d’Antinoé (dont il finance les fouilles), qui proviennent de musées prêteurs comme le Musée du Louvre, le Musée Guimet des arts asiatiques, la BNF, le musée d’Orsay et les musées lyonnais (Confluences, Musée des Tissus, Musée Gallo-romain, Institut Lumière, etc.). Le visiteur peut aussi découvrir des objets ayant appartenu personnellement à Émile Guimet comme son bureau, ses ouvrages de référence, des lettres et de nombreuses photographies. Malheureusement, j’ai trouvé cette exposition trop linéaire, peu surprenante et assez triste dans son organisation et la mise en valeur des œuvres d’art exposées. L’ensemble paraît peu captivant et l’on s’attache finalement assez peu à la figure de l’homme visionnaire et habité que fut Émile Guimet

Sources : site officiel du Musée des Beaux-Arts de Lyon

2 réflexions sur “Un jour, j’achetai une momie… Emile Guimet et l’Egypte antique, au Musée des Beaux-Arts de Lyon

  1. je suis allé voir l’expo la semaine passée avec mon fils…et j’ai été agréablement surpris…j’ai trouvé les collections riches et surprnenantes et avec mon fils j’avais réussi à la rendre ludique ( trouver le trésor des pharaons grace aux parchemins)…j’avais trouvé que c’était la meilleure expo vue au MBA depuis que je suis sur Lyon…on est donc une fois encore pas sur la meme longueur d’ondes…et pourtant c’était pas du cinéma :o)

    • En effet !:-/ Compliqué tout ça… Mais merci pour ton commentaire cher Filou, qui prouvera à tout le monde que les avis sont très partagés à propos de cette expo ! Personnellement, j’ai largement préféré Robert Combas au Musée d’Art Contemporain (alors que normalement ce n’est pas ma tasse de thé)…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s