Le grand vestiaire, Romain Gary

Paru en 1949, le roman de Romain Gary Le grand vestiaire aurait presque pu s’intituler « Le grand bestiaire » tant l’auteur fait la part belle aux animalisations concernant tous ses personnages. Le héros de ce roman d’après guerre (le troisième pour R. Gary) est le jeune Luc Martin, orphelin, fils d’un instituteur résistant tué dans le maquis.

Luc (et sa chienne Roxanne) sont recueillis à la Libération par un certain Vanderputte et vit auprès de deux autres orphelins du même âge : Léonce, et Josette dont il tombe amoureux. Les trois jeunes complices se passionnent pour les américains, leurs films noirs et vivent en imitant les faits et gestes de leurs plus grandes idoles, surtout Humphrey Bogart et Lauren Baccall.

Une vie de larcins, de rencontres improbables dans des lieux interlopes, et la découverte de personnages sortis tout droit d’un « grand vestiaire », tous plus différents les uns des autres par leurs tenues, leurs parlers, leurs mimiques, en un mot : leurs masques. On se souvient ainsi du vieux Sacha, pauvre créature ridicule, tragédien oublié et amateur de jeunes garçons, tenant une maison close et revêtant tour à tour les habits de la Pompadour, de Raspoutine ou de Hamlet ; ou la sale veste portée par Vanderputte, la « Gestard-Feluche » quasiment personnifiée.

Mais au fil du récit, les masques tombent et les vêtements aussi : gluants, sales, collant à la peau des hommes, ils n’en cachent pas moins la vérité une fois envolés ou « retournés ». Le grand vestiaire est le roman d’un atroce secret d’après-guerre, inavoué jusqu’à l’apparition d’une lettre envoyée par un disparu. Un tour de force pour un troisième roman qui en dit long sur la méfiance de Gary à l’égard des hommes et son respect des animaux, plus sages que les maîtres. On pense parfois à André Gide (Les caves du Vatican) ou à Marcel Aymé (Les Tiroirs de l’inconnu, Derrière chez Martin), mais le style de Gary est là, à la fois vif, acéré, drôle et tranchant.

4 réflexions sur “Le grand vestiaire, Romain Gary

  1. Pingback: Halte au Plagiat | Delphine's books and more

  2. Pingback: Le grand vestiaire – Romain Gary « Romain Gary & moi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s