Quand les moutons s’illuminent…

Ahhhh, la Fête des Lumières de Lyon… Quel beau moment fédérateur, quelle communion, un si beau spectacle !
Ouai, cette phrase doit être tirée du bulletin municipal de 1957. J’exagère, ohhhh, pas bien… mais la fête des Lumières messieurs-dames, ça n’est plus tout à fait ça !

Ce qui, à l’origine (1852), était une célébration pieuse fêtée le 8 décembre pour remercier la vierge Marie de sa protection exercée sur la ville, s’est transformée en véritable mascarade…
Franchement, pour moi, la Fête des Lumières, ça ne casse pas trois pattes à un canard (oui, que voulez-vous… j’aime cette expression !). Alors, qu’est-ce qui pousse ces millions de badauds à envahir pendant 5 jours la presqu’île lyonnaise ?

Les installations lumineuses sont-elles ‘à couper le souffle’ ? Les projections d’images animées sur les murs des bâtiments anciens sont-elles ‘incroyables’ ? Non, je trouve que ce qu’il y a de plus beau à regarder, ce sont tout simplement les centaines de petits lumignons posés sur les rebords des fenêtres. D’ailleurs, j’avais moi-même mis les miens mercredi dernier.

Le problème, c’est que la mairie semble vouloir faire de cette fête une sorte d’Eurodisney qui tourne vite à la fête à neuneu. Ou à un remake des Envahisseurs avec pour metteur en scène, Gérard Collomb. Ouai, c’est hyper impressionnant, vous avez raison, et surtout, ça donne drôlement envie de venir *_*

Pour un maire qui n’a en tête qu’un nombre : ‘2012’ (attendez, ça compte beaucoup les chiffres pour un franc-maçon !), je dis bravo à la fête éco-citoyenne : ‘allez Gérard, fais péter le nombre de kilowatts !’– c’est pas comme si on subissait une méga crise économique et écologique.

La Fête des lumières, c’est aussi la fête de la SÉ-CU-RI-TÉ.
Hop, on tire un trait sur les dernières manifestations et violences urbaines en bouclant toutes les rues ! Ici, impossible de trouver une brebis égarée : la municipalité veille au grain en organisant un « itinéraire lumineux » suivi par tous les moutons touristes.
Et toi, habitant de Lyon qui habite à deux rues de la place des Terreaux, des Cordeliers ou Bellecour, n’importune pas les agents de la sécurité en faisant des pieds et des mains pour passer leurs barricades : « Non, vous faites comme tout le monde, vous prenez la 3e rue à droite et suivez le mouvement ! ».
Ahhhh, je repense encore au sourire et à la bonne humeur des commerçants bannis dont la boutique, boulangerie et autre comptoir de vente de sandwichs ou de vin chaud ne faisaient malheureusement pas partie du bon pâté de maison : pas de chance, y a plus qu’à remballer toute votre marchandise !:-/

Allez, Gérard, faut l’admettre, Lyon c’est pas encore ‘Barcelone’
alors accroche-toi bien pour l’année prochaine, pas sûr que cette fête ait réellement plu à tout le monde !

3 réflexions sur “Quand les moutons s’illuminent…

  1. ben justement, je trouve que GG a pas trop fait péter le kilowatt…lol! au contraire, tt ca c’est un peu mou du genou à mon humble avis! Je préfere quand c’est plus bling bling(je suis comme ca, moi, je suis une dingo!héhé)

    • Bah je sais pas, j’imagine juste que les méga projo au-dessus de Fourvière, les centaines d’ampoules sous les parapluies sur la passerelle St-Vincent, les guirlandes luminescentes sur les quais de Saône, bref, toutes les diodes qui scintillent de partout, etc. etc. ça fait quand même beaucoup d’énergie dépensée pour quelque chose qui, finalement, ne paraît pas ‘époustouflant’. Voilà mon humble avis, et les bougies aux fenêtres, bah c’est joli et ça ne coûte rien à la nature.

  2. La fête des Lumière ou l’enfer d’un lyonnais qui ne vit pas que pour elle… En effet, quelle galère de travailler sur Lyon quand tout est réservé aux touristes en week-end! Rien que pour prendre le métro à Bellecour faut faire 10 km et prévoir 30 min de plus que d’habitude à partir de 16h. Et puis, je suis encore d’accord, que de monde pour une statue multicolore, une cathédrale encore pire que d’habitude (c’est pas peu dire) et trois lampes de bureau rue de la Ré. Enfin, j’avoue quand-même qu’un peu de fête dans nos rues tristes d’hiver c’est sympa. Disons que deux jours et deux millions cinq cents touristes en moins, ce serait peut-être plus vivable!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s