Les Quatre Cavaliers de l’Apocalypse, Vincente Minnelli (1961)

Quatre cavaliers qui surgissent hors de la nuit…

J’ai beau être un chat masqué, je ne pousserai pas le vice jusqu’à vous parler de Zorro… Non, parlons plutôt d’un très grand film du réalisateur américain Vincente Minnelli (1903-1986 – mari de Judy Garland et papa de Liza Minnelli, pour l’info people). Four Horsemen of the Apocalypse fait partie de ses chefs d’oeuvre parmi Les Ensorcelés, The Band Wagon ou le splendide Some Came Running – Comme un torrent.

Ce film raconte l’affrontement de deux branches (française avec les Desnoyers et allemande avec les Von Hartott) issues d’une famille argentine pendant la seconde guerre mondiale. Minnelli réalise ici un remake en s’inspirant d’un roman original et d’un premier film réalisé en 1921 (dont l’action se déroule lors de la première guerre mondiale).


Le titre est rapidement élucidé au début du film : lors de la réunion de famille organisée par le patriarche argentin, le vieux Madariaga s’arrête devant le feu de cheminée où flamboient 4 sculptures dorées qui représentent les quatre cavaliers de l’Apocalypse (Nouveau Testament), dont la chevauchée dans le ciel annonce la fin du monde (la Mort, la Peste, la Guerre et la Bête sauvage). En parallèle à cela, le vieux mystique découvre que le Mal s’est infiltré dans sa propre famille : Heinrich, son petit-fils, lui révèle être nazi, tout comme son père Karl. Le vieil argentin, sous le coup de la terreur et de la folie, sort sous une tempête et est pris d’hallucinations : il voit approcher les fameux cavaliers de l’Apocalypse et meurt soudainement, subjugué par cette vision…

La suite de l’action se déroule à Paris pendant la guerre. Rapidement, les deux clans vont s’entrechoquer. Côté français, Julio Desnoyers (pour l’amour) et sa sœur Chi Chi (pour ses opinions politiques) rentrent dans la résistance. Côté allemand, Karl et son fils Heinrich sont promus à de hauts grades dans l’armée nazie. A partir de là, les jeux sont faits et leurs destins sont unis dans le malheur et par l’histoire en marche. Mais la virtuosité de Minnelli réside dans sa capacité à créer une seconde histoire au coeur de la première : la passion amoureuse entre Julio Desnoyers (Glenn Ford) et Marguerite Laurier (l’actrice bergmanienne Ingrid Thulin), rendue possible par le départ sur le front du mari de Marguerite, le journaliste Etienne Laurier.

Après toutes ces explications, on peut souligner la richesse narrative du film. On y ajoute : l’épaisseur psychologique de tous les personnages (ambigus), admirablement bien joués ; le rythme soutenu malgré la longueur – on est totalement happé par tous les ressorts du drame ; l’incrustation efficace de « tableaux » vivants tirés d’images d’actualités saisissantes, teintées en rouge et retravaillées par juxtaposition qui donne de l’ampleur à la fresque historique ; les questions posées à propos du destin de chacun, du devoir d’implication pour sa patrie mais aussi pour sa famille (les deux aspects sont souvent opposés). Finalement, ce film réussit un tour de force : en traitant d’un sujet aussi douloureux que celui de l’occupation allemande en s’appuyant sur des destins particuliers qui donnent du relief à la dimension collective du drame ; en y impliquant des images cruelles avec toujours cette touche particulière d’humilité mêlée à ce refus de toute exhibition gratuite de haine ou de violence.

Alors comme le fait si bien Joe Pesci dans Il était une fois en Amérique, je vous recommande vivement Les Quatre Cavaliers de l’Apocalypse

6 réflexions sur “Les Quatre Cavaliers de l’Apocalypse, Vincente Minnelli (1961)

  1. Tu as l’art de trouver d’excellents titres à tes articles, j’ai très envie de revoir ce chef-d’oeuvre du 7ème art. Encore un DVD que je vais devoir voler, demain, à la FNAC de Lyon. Espérons que je ne me fasse pas pincer la main dans le sac😉

  2. merci de cet article, je ne savais pas qu’il existait en DVD, je vais aussi me précipiter….Sur vos préférés je suis d’accord avec vous,The band Wagon est peut être moins célèbre que Singing in the rain mais il n’a rien à lui envier un vrai sommet de la comédie musicale! Les ensorcelés restent inépuisable on peut le voir et le revoir à l’infini…. Merci de nous rappeler les films de Minelli,rien de mieux pour traverser l’hiver!

    • Merci beaucoup Carmadou !! Rien de tel que de bons dvd’s de Minnelli, Mankiewiecz, Wilder et tant d’autres pour passer un bel hiver🙂
      J’ai aussi visité votre blog, j’y viendrai souvent pour cueillir des idées de lectures ou de films… A bientôt !

  3. Pingback: Verboten! de Samuel Fuller « les oreilles entre les yeux

  4. Pingback: La Vallée de la poudre (The Sheepman), George Marshall « les oreilles entre les yeux

  5. Pingback: Règlements de comptes (The Big Heat), Fritz Lang « le-chat-masqué

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s